NIANIMA – rituel n°7

nianima1bis

NIANIMA FOFANA

Danse New style — square Beethoven – futur emplacement de 74 nouveaux logements et d’un square rénové

Nianima est silencieuse. Son langage est celui du corps. Je l’ai rencontrée pour la première fois en 2011. Sa chorégraphie endiablée, si singulière, irradiait. Il y avait quelque chose qui m’échappait dans la façon dont elle ondulait au rythme d’un Hip-Hop rendu indistinct par des enceintes poussées à bloc. Deux ans plus tard, alors que j’arrive enfin à la retrouver après un jeu de piste de plusieurs mois, elle m’explique que sa danse est le « New style ». Son nom vient de la contraction du « New York style ». C’est un style hétéroclite où chacun peut s’exprimer à sa façon, mélangeant pop, lock, break, danse africaine, krump ou tout autre mouvement de son inspiration. S’il faut absolument maîtriser les techniques de base du Hip-Hop, il s’agit d’y apporter sa touche personnelle et Nianima s’y entend.

Enfant, Nianima découvre pour la première fois la danse de Demba Sissoko à l’occasion de la fête du parc Montreau. Elle est absolument fascinée et elle le rejoint au C.L.E.C, la salle de danse située au cœur de la cité des Grands-Pêchers où Demba enseigne.   « Les anciens », comme elle les appelle, lui ont transmis leur passion. A 13 ans, avec d’autres danseurs de son âge, elle rejoint le groupe From the Hood. Aujourd’hui, Nianima a 18 ans et se concentre sur ses études. En même temps, elle rêve de retrouver une nouvelle compagnie.

Nianima n’a peur de rien. Venir répéter dans l’Atelier A11 sous l’oeil de ma caméra, conseiller le compositeur chargé de lui créer une musique sur mesure et finalement prendre place sous les arbres du square Beethoven pour danser sous les fenêtres des habitants du Bel Air, pas un froncement de sourcils. Le square Beethoven n’a ni barrières, ni zones délimitées entre les traditionnels jeux pour enfants, bancs, allées, carrés de gazon…. Il s’étend d’un bout à l’autre de la rue Yélimané et borde une longue barre d’immeuble mangée par les arbres. Un des rares espaces encore en suspend dans ce plan d’occupation des sols millimétré. Sur un rectangle de béton plane, que nous balayons pour l’occasion, Nianima exulte. La musique s’élève des enceintes branchées chez un voisin du rez-de-chaussé et posées dans l’herbe. Les frères et sœurs de Nianima viendront aussi, ajouter leur grâce à cette chorégraphie improvisée.

Publicités

Une réflexion sur “NIANIMA – rituel n°7

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s